La relève du groupe Barrière est assurée !

Dominique Desseigne, le PDG actuel du groupe Barrière, affirme que ses 2 enfants prendront la relève de son empire.

Pour assurer son succès, et éviter la même catastrophe qu’avec son casino à Lille, le PDG du groupe Barrière a mis les petits plats dans les grands, en prenant toutes les précautions nécessaires. En effet, ce n’est pas évident de reprendre un poids lourd de plus d’un milliard d'euros, même en cas de succession. Il a donc déjà commencé à préparer le terrain.

Du changement dans le groupe Barrière

Premièrement, la franchise s’offre une nouvelle dénomination sociale. Rien d’extravagant, mais la compagnie s’appellera désormais Barrière (et non plus « Lucien Barrière »), bien qu’officieusement, tout le monde la connait déjà sous le nom de Barrière. Cela permettra notamment de revenir sur une offre plus cohérente et plus large entre les casinos et les hôtels du groupe.

casino barrièreUne digitalisation annoncée

Deuxièmement, Dominique Desseigne entend développer sa stratégie digitale, puisque pour l’hôtellerie, 10% de leur clientèle vient d’internet. Or, il souhaiterait atteindre, à terme, les 20%. Les joueurs vont également bénéficier de cette digitalisation, puisque les machines à sous ne fonctionneront bientôt plus du tout avec des pièces, mais uniquement avec des tickets (machines Tito : ticket in, ticket out), un petit changement dans l’animation casino.

De nouveaux horizons à explorer

Enfin, avec 37 casinos déjà implantés en France, le PDG du groupe Barrière voit bien Marseille comme futur terrain de jeux pour ses soirées casino, suite au projet lancé par la municipalité. En attendant que l’appel d’offre soit lancé (et que le projet soit accepté), d’autres projets ont déjà mûri, tournés vers l’international. En effet, si le groupe réalise actuellement 10 à 12 % de son chiffre d'affaires à l'étranger, il envisage à terme de faire monter ce chiffre à 50% !

Tout ce plan est également le projet d’un père de famille veuf, avant d’être celui d’un directeur, qui souhaite assurer la reprise du groupe Barrière par la quatrième génération.

Partagez cet article :

Ce qui pourrait vous intéresser :